Projet associatif

L’association à travers ses 3 piliers

    « Local – International – Social»

Contexte de l’association :

            Située dans la Haute Saintonge, en Charente- Maritime, Montendre, compte environ 3200 habitants. Le milieu est rural mais facilement accessible par la route, par le bus ou par le train. Cet environnement donne la possibilité de se ressourcer, d’appréhender différemment «la campagne» sans être totalement isolé (Bordeaux, Angoulême, Saintes étant à 70 km et accessibles par train), tout en permettant de s’éloigner des attractions urbaines pour se rapprocher de la nature et de ses bienfaits.

            Le siège social de l’association est depuis 1996 à Montendre. Cette implantation territoriale n’est pas anodine, elle émerge d’une volonté politique locale. Montendre a une histoire associative importante, elle a plus de 60 associations à son actif. Ainsi la présence de la délégation Maison des Bateleurs – Solidarités Jeunesses, s’est inscrite dans la dynamique locale. L’association est actrice et partie prenante dans différentes structures locales, qu’il s’agisse du collège, de l’EHPAD, du centre de loisirs, etc. Elle travaille avec les acteurs locaux en fonction des événements, des orientations locales mais aussi selon les centres d’intérêts des personnes investies dans l’association. Le développement local est un axe important dans les volontés des membres de l’association, un travail de longue haleine, jamais achevé, afin d’être connu et reconnu sur le territoire.

            Ceci est aussi vrai sur l’ensemble des projets portés par la délégation, à travers les chantiers de volontaires internationaux, les projets européens ou d’autres actions, à chaque fois l’implication locale est réfléchie, qu’elle que soit le lieu du projet. Mettre au cœur le territoire et ses habitants est l’une des valeurs fondamentales de Solidarités Jeunesses.

Le centre d’accueil, La Maison des Bateleurs :       

            La Maison des Bateleurs, centre d’accueil international, accueille donc depuis 1996, des personnes (individuellement et en groupes) d’horizons très divers, majoritairement des jeunes français et étrangers de 16 à 25 ans. Il a été classé « Établissement Recevant du Public » en 1999.

            Un cadre est offert, permettant de vivre une expérience structurante et émancipatrice lors de laquelle chacun.e pourra découvrir différentes activités, apprendre de nouveaux gestes techniques en vue d’acquérir une plus grande autonomie, travailler des savoirs transversaux et valoriser ses capacités, savoirs et apprentissages.

            En ce sens, tout le quotidien est pensé et élaboré par les personnes présentes. Ensemble, le mode de fonctionnement de la vie collective est défini pour que chacun.e soit en position d’acteur/trice de son cadre de vie.  

            Les objectifs de l’apprentissage professionnel et du développement personnel de chaque personne s’accomplissent à travers les temps de chantier, les activités de développement local à l’extérieur et la participation à la vie collective de la maison, c’est pourquoi toutes nos activités sont pensées dans cette logique.

La vie collective:

Un levier de responsabilisation : l’apprentissage de l’autonomie

            La vie collective (préparation des repas, gestion de la maison, soirées, animations) est extrêmement importante dans ce qu’elle permet comme échanges, comme convivialité et dans cette dimension d’apprentissage du vivre ensemble. La vie collective est conçue de manière à être rassurante. La participation aux diverses tâches du quotidien, la responsabilisation de chacun.e. sur le fonctionnement de la maison et la présence des salarié.e.s favorisent un apprentissage de l’autonomie.

Un moyen de resocialisation

            Il ne suffit pas de juxtaposer des gens aux profils variés dans un même lieu pour qu’une vraie rencontre s’opère, il s’agit de mettre en place des outils.

L’organisation du collectif garantie cette mixité dans les différentes équipes de travail ainsi que dans les temps de vie quotidienne : repas, sorties… Les salarié.es facilitent l’appréhension de la différence en contextualisant et en « décodant » certaines situations porteuses de malentendus.

Un apprentissage de la citoyenneté au quotidien

            Chacun.e  prend part aux choix qui concernent la gestion du quotidien de la maison, l’organisation de la vie collective, la vie du groupe et les projets collectifs. Des réunions sont organisées afin de mettre chacun.e en position de penser cette vie collective et d’en être un.e acteur/trice.

Le support du chantier :

            Les différents supports d’activités proposés créent un contexte propice au travail d’équipe. Ils permettent également aux personnes accueillies soit de découvrir différentes techniques, soit d’approfondir leur expérience dans un domaine d’activité :

– Second œuvre du bâtiment : maçonnerie, menuiserie, peinture, travaux d’entretien

– Pôle environnement : coupe de bois, entretien de la forêt de bambous, construction d’une serre, potager…

– Animation socioculturelle : organisation d’événements ouverts au public, interventions dans les écoles…

Historiquement, la délégation a su proposer différents supports de chantier aux personnes accueillies au sein de son centre d’accueil, y compris en étant associé à la restauration du château de Montendre, dans le contexte d’un chantier d’insertion, structure de l’Insertion par L’Activité Économique.

Depuis plusieurs années, au vu de l’évolution de la situation climatique mondiale, la délégation a souhaité s’orienter vers une approche environnementale, en tant que valeur support à l’association. Le développement d’un Pôle Environnement au sein du lieu d’accueil permet d’offrir des supports de travail quotidien pour les personnes en chantier. De plus, il s’agit d’être un lieu de sensibilisation à l’environnement à travers la transmission de bonnes pratiques et de connaissances sur ce thème.

La mixité des publics et la diversité des statuts:

            La mixité se vit à différents niveaux avec les différentes personnes accueillies sur site : mixité sociale, culturelle, intergénérationnelle, hommes/femmes ; diversité des situations et des « problématiques » ; diversité des statuts : salarié.es, volontaires, stagiaires, bénévoles…

Cette ouverture permet aux personnes accueillies de trouver leur place dans le lieu sans y être stigmatisées, elle encourage chacun.e. à évoluer dans ses représentations et contribue à l’objectif de décloisonnement voulu par l’association. Ce travail de décloisonnement permet pour chacun.e de travailler une attitude plus ouverte aux différences, davantage tolérante et solidaire. La diversité des parcours de vie permet des croisements de regards qui facilitent la prise de distance, l’ancrage dans le réel, et bouscule les représentations. Elle permet des jeux d’identification et la projection sur d’autres options de vie possibles.

Le rôle social :

            Depuis son implantation, le centre d’accueil a expérimenté différents types d’accueil, notamment dans le cadre d’accueils de jeunes en insertion.

Un diagnostic approfondi a été établi en 2017 pour évaluer l’accueil social en insertion, amené à ce moment-là dans une démarche d’évaluation de nos pratiques, de notre fonctionnement. Il s’agissait de comprendre le contexte général et local (politique, économique, environnemental, socioculturel..) de l’activité « accueil social en insertion » afin de déterminer d’éventuelles adaptations ou orientations de cette action au sein de notre association. Nous entendons par l’activité « accueil social en insertion », l’accueil individuel et l’accompagnement personnalisé de jeunes, mineurs ou majeurs, suivis dans le cadre de la protection de l’enfance ou sur décisions administratives ou judiciaires.

Le fonctionnement du projet de la délégation Maison des Bateleurs – Solidarités Jeunesses, nous éloigne souvent du cadre normatif de l’éducation spécialisée, il vient en complémentarité des autres dispositifs. En effet, la mixité des publics et les activités peu ordinaires par rapport à ce qu’ont connu les jeunes, restent des axes de travail pertinents pour ceux qui ont difficilement supporté le placement classique en institution.

Par la réalisation quotidienne d’un travail collectif facilitant la remobilisation des jeunes et permettant de travailler sur la revalorisation et l’estime de soi, le jeune est mis au centre du processus d’accompagnement. C’est lui qui conduit son expérience, l’accompagnement est co-construit avec les responsables du projet.

Il s’agit donc d’accompagner chaque jeune dans l’exercice de sa liberté, sans juger et sans choisir à sa place. Le regard accompagnant posé sur lui le situe en tant qu’auteur de sa propre vie. En effet, la libre adhésion reste l’un de nos principes de base pour:

–   permettre une meilleure intégration des jeunes en rupture

– permettre des relations de proximité, fondées sur une acceptation de la personne dans sa singularité et dans sa globalité

Notre projet d’accueil n’était pas basé sur un cadre/positionnement précis argumenté et motivé en ayant identifié nos limites et avantages éducatifs. Notre positionnement doit être réfléchi et affirmé pour justifier d’un choix professionnel et non d’une configuration par défaut.

En effet, dans le contexte actuel, notre projet n’est pas envisagé pour des accueils longs mais uniquement pour des courtes durées. Ces orientations sont considérées comme des « séjours de rupture », « séjours découverte » ou « mise au vert », souvent organisées dans l’urgence.

L’orientation de jeunes n’est pas satisfaisante, peu de sollicitations de partenaires, mobilisation difficile des jeunes sur notre projet.

Ainsi, les résultats liés au diagnostic établi, permet d’appuyer l’idée que la configuration actuelle (moyens humains, matériels, financiers) de notre association déterminent l’axe que nous souhaitons donner à notre rôle social. Aujourd’hui, il n’est pas lié à l’accueil de jeunes en insertion individuel. Il s’inscrit à travers nos différentes actions :

– L’accueil de Volontaires Pour Tous sur nos chantiers internationaux

– L’accueil de groupes issus de différentes structures éducatives, sociales, etc

– L’accueil de volontaires court-terme dans le cadre du Corps Européen de Solidarité

– L’accueil des volontaires dans le cadre du MOVE IT

Ces différentes actions seront développées à travers les points suivants.

%d blogueurs aiment cette page :